Publié dans Astuces et Conseils, CRPE, Se motiver

Se remotiver après un échec

Passer un concours c’est prendre le risque de vivre un échec. J’ai vécu cet échec la première fois que j’ai passé le concours, arrivée aux oraux je me pris un énorme gifle en me faisant rabaisser et humilier par un inspecteur (qui clairement n’avait pas envie d’être là et donc l’objectif semblait d’être de sacquer tout le monde pour être radié de la liste des jurys… ce qu’il a réussi par ailleurs.).

Mais comment faire… Quand on se prends un échec dans la face pour se remotiver et retenter sa chance ? Je vous fait cet article plus d’un an après cet échec parce que je n’en étais pas capable avant. Et je vais vous expliquer pourquoi.

Lorsque j’ai appris que je n’avais pas le concours, ça a été ultra violent. Un an à travailler pour ça ?… Grosse remise en question. Tout le monde avait beau me rassurer, me dire que clairement j’avais bien travaillé et que ce n’était pas mon travail qui était remis en question. Que vu l’attitude de l’inspecteur c’était même totalement arbitraire. Je me remettait en question, je m’en voulais et très clairement au début je ne me le suis absolument pas pardonné et je m’en voulais énormément.

Voilà pourquoi je n’ai pas fait cet article avant : je ne voyais pas l’intérêt de dire que je ne m’étais pas pardonné un échec. Je trouvais même cela anti-productif. Mais aujourd’hui je vois l’intérêt d’en parler. Parce qu’en fait pour réussir ma deuxième année j’ai fait de cette culpabilité une force. Tout le monde me disait que ce n’était pas de ma faute mais intrinsèquement je me sentais coupable, alors j’ai voulu me prouver à moi-même que les autres avaient raison et j’ai donné vraiment le meilleur de moi-même pour l’avoir ce concours et pour me prouver que j’en étais capable.

Mais ça n’a pas été la seule source de motivation, puisqu’elle reste très personnelle et n’aurait pas trop d’intérêt dans cet article. C’est juste un témoignage de mon expérience jusqu’ici. Voici maintenant  mes conseils pour se remotiver et s’accrocher quand on déjà vécu un échec :

  • Se rappeler qu’un concours c’est totalement arbitraire et qu’il y a beaucoup de facteurs chance qui influent, cet échec ne représente beaucoup la part facteur malchance et il faut l’accepter pour aller de l’avant.

 

  • Ce concours en particulier est assez injuste, et il ne nous définit pas en tant que professionnel mais en tant que personne capable d’apprendre par coeur. Ce n’est pas parce que vous avez raté le concours que vous feriez un mauvais prof, c’est juste que à un instant T vous avez pas réussi à ressortir une notion théorique qu’il fallait savoir par coeur et qui ne vous servira surement jamais dans votre carrière. C’est dégueulasse, mais c’est la dure loi du concours. Alors on ne lâche rien parce qu’une fois cette étape passée vous pourrez vraiment vous épanouir dans le métier que vous aimer ! Et croyez moi ça vaut le coup !

 

  • Prendre du temps pour soi. Souvent quand on vit un échec on tente de se noyer dans le boulot par peur que cela se reproduise. C’est l’assurance de s’épuiser et se démotiver rapidement. Il faut au contraire s’appuyer sur l’année précédente : j’ai déjà revu plein de notions l’année dernière, je peux me permettre de prendre des pauses et de me reposer pour être plus efficace pour retravailler les notions qui me posent plus de difficulté.

 

  • Se faire confiance. Vous allez y arriver, d’autres ont vécu cet échec avant vous dû au caractère arbitraire du concours, et ont réussi après. La preuve, la première année je n’étais même pas sur liste complémentaire, j’ai frôlé la note éliminatoire aux oraux. Et la deuxième année ? Je suis arrivée 16ème sur plus de 3000 en ayant les notes maximales aux oraux. C’est possible, ne l’oubliez pas. Et je ne suis pas une exception. Et maintenant, je me sens vraiment épanouie dans ce que je fais et j’adore être PES. Je ne regrette pas ne pas avoir lâché et pourtant, qu’est ce que j’ai eu envie d’abandonner !

 

  • L’appât du gain : vous le voulez ce métier ! Vous avez envie de vivre ces beaux moments, de faire apprendre, alors on donne tout et on va l’avoir ! On n’écoute pas les PES qui sous le coup de la fatigue râlent souvent plus que de raison (parce qu’ils vivent de beaux moments mais que on est français, alors on râle d’abord ;p). Et on s’accroche à notre rêve, pour le voir se réaliser !
Publicités

Auteur :

Deux blogueuses mais surtout amies !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.